Essai de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

Réalisé par Jean-Michel Lainé

La Thunderbird est revenue au catalogue Triumph sous la forme d'un custom, d'abord en 1600 puis en 1700 l'année dernière pour mieux annoncer sans doute l'arrivée cette année de sa déclinaison Storm. Cette Thunderbird 1700 Storm remplace d'ailleurs la Thunderbird 1700 dans l'offre 2011 puisque seule la 1600 est maintenant proposée. Des mouvements qui montrent que Triumph cherche sa place dans le monde des customs avec des produits décalés puisque contrairement à la plus grande partie de la production dans cette catégorie, nous avons à faire à un bicylindre vertical et non pas en V. La différence entre la Storm et la standard est donc une histoire de look mais aussi de cylindrée. Pour le reste rien de change, si vous connaissiez l'oiseau du tonnerre en 1700, vous ne serez pas dépaysés. En comparaison avec le bloc 1600, le twin vertical 1700 possède de nouveaux pistons, nouvelles chemises, nouveaux arbres à cames et nouveaux ressorts d'embrayage. Pour la Storm, vous n'aurez pas le choix des coloris, noir c'est noir comme chantait Jojo et sur le carter d'embrayage, le gros marquage 1700 est remplacé par une sérigraphie Storm surmontée d'un oiseau en piquée dessiné au trait. Sans doute une allusion au biker fondant sur sa proie... Quoi qu'il en soit, avec sa cylindrée portée à 1700, la Storm offre des performances de bon aloi. En comparaison avec la Thunderbird 1600, la Storm affiche 12 chevaux de plus avec 98ch et une augmentation du couple de 1.3 mkg pour passer à 16.2mkg. Pour le reste, rien ne change sur ce bicylindre vertical à refroidissement liquide dont le radiateur est dissimulé dans le cadre.

Photo de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011
Photo de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

En route, on retrouve la réponse instantanée à la moindre rotation de la poignée dès qu'on a passé 1500tr/min, comme c'est le cas sur le 1600 en fait. Le bloc très vif dans la catégorie gagne une pincée de peps supplémentaire pour l'amateur d'accélération brute. La sonorité est grave et assez sèche, elle claque à chaque remise des gaz sur toute la balade, aucun bruit parasite ne vient perturber l'ambiance sonore au guidon de la Storm. Pour satisfaire le biker brutal ou véloce, la boîte de vitesses permet de les passer à la volée, en montée comme en descente, pour adopter une conduite sportive ou plus simplement de les enchainer en douceur pour le bonheur d'un passager moins malmené. Ce paisible custom peut donc se transformer en une machine particulièrement dynamique dans la catégorie avec les vives montées en régime de son bicylindre. Malgré son empattement important et sa masse conséquente, la Triumph se distingue par une certaine facilité à passer d'un angle à l'autre, une vivacité qui n'entame en rien la stabilité qu'on a sur l'angle. Sans doute que le large guidon droit de la Storm accentue encore davantage la rapidité des changements d'angles, difficile d'être réellement factuel, en tout cas la Storm enchaîne les virages vite et bien. Si dans le monde des customs, les repose-pieds ne sont ni trop bas ni trop écartés, ils finissent forcément par venir titiller le bitume parce que cette machine met particulièrement en confiance. Dans des situations où la très grande majorité des customs auraient déjà rendus la main depuis belle lurette, la Thunderbird est capable d'hausser encore un peu le rythme même s'il est fortement recommandé d'arrêter quand on attaque les vis de fixation au cadre. Pour compléter le duo dynamique que forment le Twin et la partie cycle, on peut compter sur un freinage convaincant pour réfréner ses ardeurs. Même si l'ABS se généralise dans la catégorie, on peut tout de même apprécier sa présence sur cette Triumph surtout lorsque la pluie s'en mêle, une situation toujours délicate en custom.

La Storm est totalement identique à une Thunderbird 1700 d'un point de vue dynamique, la différence vient de son style qui délaisse tous les chromes, à l'exception des échappements, pour une peinture intégralement noire. L'assise et la position ne changent pas, mais la préemption du guidon un peu avec cette barre droite qui penche sans doute le buste plus en avant. Le phare «bullet» est remplacé par les célébrissimes doubles optiques rondes apparues sur la Speed Triple dans un premier temps puis sur la Rocket 3 dans un second. Le passager n'est pas mieux loti sur cette Storm avec un petit pouf pour son séant et rien pour se tenir en dehors de son pilote préféré. Autant dire qu'un rythme soutenu se transformera rapidement en séance de musculation pour le passager.

Photo de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011
Photo de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

Bilan

La Thunderbird 1700 se voit donc remplacée au catalogue de la marque anglaise par la Storm de cylindrée identique. Les deux machines, comme la Thunderbird 1600, partagent la même partie cycle. Rien ne change en dehors d'une légère modification au guidon puisque celui-ci est droit et non plus légèrement cintré. Si la ressemblance avec la Harley-Davidson Fat Bob est évidente, elles ne sont toutefois pas du tout comparables. Ce qui distingue la Triumph est sa partie-cycle très dynamique à l'image de son bicylindre vertical vif et sans inertie ou presque. Adopter une conduite vive ne lui fait pas peur même si la garde au sol en courbe viendra de toutes les façons rapidement freiner vos ardeurs. Avec une poignée de chevaux et de couple en plus par rapport au bloc 1600, ce qui devrait faire basculer son soeur sur la Storm plutôt que sur la Thunderbird au moment de faire son chèque, sera certainement davantage son style. En dehors des échappements et des tubes de fourche, les chromes ont laissé leurs places à une peinture noire y compris au dos des deux optiques rondes héritées de la Speed Triple et de la Rocket III. Ce style définitivement plus «Dark» offre une vraie alternative au style custom qui a dessiné la Thunderbird, alors que dynamiquement les deux machines sont très proches si on fait abstraction du très léger gain de peps du moteur 1700 face au 1600. Si la dynamique à la sauce anglaise vous convient, il ne reste donc qu'à choisir le style qui vous accompagnera le mieux sur vos balades, sachant que la Storm est tout de même facturée 16390€, soit 1400€ de plus qu'une Thunderbird standard !

essai de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011
Essai de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

On aime bien

  • Le style soigné en noir
  • La tenue de route
  • La vitalité du twin

On aime moins

  • Ecart de prix avec la Thunderbird
  • Place pour le passager
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Commentez avec Facebook

Fiche technique de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

Tarif (mai 2011)16 390 €
Puissance98ch à 5200tr/min
Couple15,9mkg à 5200tr/min
Frein avantDisques flottants 310mm étriers 4 pistons
Frein arrièreDisque 310mm étrier 2 pistons
Hauteur de selle700mm
Poids (constructeur)339kg avec les pleins
Réservoir/Conso22L / 7L aux 100km

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.triumph.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011

Fond d'écran

fond d'écran de la Triumph Thunderbird 1700 Storm modèle 2011
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600