Essai de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Réalisé par la rédaction

Après diverses versions tout-terrain non homologuées en France et une version trail plus polyvalente et homologuée, Suzuki décline sa DRZ 400 en version supermotard qui est, bien entendu, homologuée pour un usage routier. La DRZ 400 SM est donc une nouveauté du genre chez le constructeur nippon.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Moteur et boîte
Au ralenti, le mono de 400 cm3 ne distille que très peu de vibrations et sa sonorité reste contenue avec 89db à 3800tr/min . Sa souplesse est remarquable sur les bas régimes pour un monocylindre. Evoluer lentement en ville est facile sans jouer de l'embrayage.

En route, le moteur offre une bonne vivacité sur les premiers rapports, les relances sont vives en sortie d'épingle ou au départ d'un feu. La surprise vient de l'allonge qu'il propose sur le dernier rapport. Il est très facile d'atteindre des vitesses largement illégales même sur autoroute. Si le circuit - supermotard bien sûr - vous tente, il y a de quoi se faire plaisir en maintenant un très bon rythme.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Avec une accessibilité mécanique inhérente à la catégorie, le moteur alimenté par un carburateur propose une conception simple qui a largement fait ses preuves. L'entretien sera des plus simples et à la portée de tous avec un minimum de connaissances. De quoi réserver son budget à rouler plutôt qu'à un entretien inabordable.

Fourche, suspension et partie cycle
Dans la catégorie, la DRZ 400 SM est bien lotie. La stabilité est remarquable même sur des grandes courbes prises au régime maxi et les petites imperfections de la route sont avalées sans sourciller.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Quand le rythme augmente, un peu plus de rigidité aurait permis de donner plus de nervosité «dynamique» à la machine. L'avant à tendance à riper un peu si on remet les gaz trop tôt en sortie de courbe, toutefois, les réactions sont prévisibles et très facilement maîtrisables.

Pour ceux qui veulent changer les réglages, pas de souci, fourche et suspension sont réglables.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Freinage
Au quotidien, le freinage est efficace. On peut freiner fort sans aucun problème. L'avant s'est montré assez puissant et surtout facile à doser. L'arrière est lui aussi puissant, mais un peu moins évident à maîtriser surtout si on pilote avec des bottes typées TT.

Sur les freinages appuyés, la grosse fourche encaisse bien la manoeuvre et même si un peu plus de rigidité aurait été la bienvenue, la moto ne plonge pas exagérément et on garde aisément le cap souhaité pendant toute la phase de freinage.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Duo
C'est possible sur la carte grise, cela peut aussi dépanner mais là n'est pas la vocation première de la machine. A deux, la Suzuki perd son coté joueur tant au niveau de la maniabilité qu'au niveau de la vivacité moteur.

Cette machine n'est donc pas à partager, le bonheur de rouler est exclusif pour ne pas être perdu.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Confort
Ne cherchez pas dans cette catégorie du grand confort. Si la moto n'est pas du tout inconfortable au quotidien, le but à son guidon est bien de se faire plaisir et non pas d'aligner les kilomètres. La position et l'absence de protection rendent le vent inévitable.

Pour une utilisation quotidienne, la DRZ offre un bon confort d'utilisation. En ville, la position, la maniabilité et la disponibilité du moteur sont très appréciables. Pour un usage plus sportif le guidon est suffisamment large pour soigner ses appuis, les commandes s'attrapent facilement et la selle étroite permet de se placer sur l'avant ou l'arrière sans souci, c'est au choix.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

La petite sacoche à l'arrière permettra d'emporter quelques petites affaires qui ne craignent pas l'eau ou un bloc disque, c'est l'unique espace rangement présent.

Le tableau de bord renferme un tas de fonctions que l'on ne rencontre que rarement sur d'autres machines. En complément des informations de base et d'une montre, on trouve deux trips et un chronomètre. Ces trois informations peuvent s'afficher en même temps.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Roulage
S'amuser est le terme qui revient le plus souvent dans la discussion. La facilité d'usage en ville est bien là, mais c'est sur les petites routes qui tortillent en rase campagne qu'on prendra le plus de plaisir à utiliser cette petite SM. «Petite» car elle ne cube que 400cm3 alors que la concurrence sur ce créneau aligne des moteurs 4 temps de plus fortes cylindrées qui dépassent souvent les 600cm3.

Avec une bonne vivacité sur les premiers rapports, la Suzuki devient un jouet dès que les longues lignes droites disparaissent. Sa facilité de pilotage et son comportement qui pardonnent bien des erreurs donnent des ailes. On coupe plus tard, on ouvre plus tôt, on s'amuse à des vitesses complètement légales sur un trajet ponctué par quelques glissades sur des excès d'optimisme.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Pour les experts de la glisse, ou pour s'y initier, il y a de quoi se faire plaisir sans grand risque. Il est possible de se chronométrer même si ce n'est pas très pratique à l'usage, le déclenchement se faisant manuellement sur le tableau de bord, ce qui oblige de lâcher le guidon.

Très vite, on s'amuse à freiner fort et à relancer vivement pour finalement augmenter sa vitesse de passage en courbe. On est rapidement surpris du plaisir que l'on peut prendre au guidon de cette DRZ 400 SM d'autant que la consommation reste très correcte, ce qui ne gâche rien au fil des kilomètres.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Bilan

Dans la famille des Supermotards monocylindres 4 temps, la Suzuki DRZ 400 SM propose un ensemble en accord avec les performances offerte par cette cylindrée maîtrisable. Si on ne chevauche pas une machine de course homologuée, on appréciera en revanche sa grande facilité d'utilisation, son coût d'entretien réduit et finalement un certain plaisir à prendre la route.

Si on ajoute à ceci l'accessibilité mécanique, à l'image du filtre à air accessible sans outils, on obtient une machine qui va à l'essentiel sans tomber dans l'engrenage de la course à l'armement. Une simplicité qui rend les joies de la glisse accessible au plus grand nombre.

Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005
Photo de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005

Prix public conseillé : 6299€ (décembre 2005).

Commentez avec Facebook

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.suzuki-moto.com, le site officiel de la marque.

Photos de la Suzuki DRZ 400 SM modèle 2005