Essai de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

Réalisé par Julien Metrop

Chez Kawasaki, de la Z750 à la Z1000, la griffe Z a toujours symbolisé la sportivité et le caractère brut, sans concession. La firme japonaise a bien tenté une approche plus tempérée en déclinant son best-seller dans une version semi-carénée en 2005 mais la Z750S n'a pas rencontré le succès escompté et devait pousser la marque à se concentrer sur les versions Naked. Six ans plus tard, les responsables ont su tirer les leçons de cette mésaventure. Dévoilée au dernier salon de Cologne, la Kawasaki Z1000SX se présente donc comme une déclinaison routière de la Z1000. Mais pour cette nouvelle tentative, les ingénieurs sont allés beaucoup plus loin que de simplement ajouter une tête de fourche et des poignées comme sur la première version S de la 750. La SX a fait l'objet d'un développement spécifique et se présente comme une moto à part entière. En effet, malgré son lien de parenté avec le roadster de la gamme, il faut reconnaître qu'il est bien difficile de retrouver sur cette Z1000SX le moindre trait commun avec sa demi-soeur.

Vidéo de notre essai de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

En premier lieu, son habillage complet lui confère une ligne à part, plus proche d'une vraie moto routière que d'un roadster. Comme souvent chez Kawasaki, le trait de crayon est agressif. Des optiques provocantes jusqu'à la coque arrière effilée en passant par les flancs latéraux échancrés, la SX prend presque des airs de sportive. La partie arrière a également été redessinée avec deux assises plus longues et d'imposantes poignées de maintien. Cossue et bien équipée, la Z1000SX affiche son propre style et fait presque oublier son héritage génétique. Le pari est donc gagné question design. Malgré l'intégration perfectible du pare-brise, la finition est aux standards de la marque : Ajustements précis, revêtements de surfaces travaillés, feux arrière à LED, jeu de couleurs réussi. Digne d'une moto routière, la SX offre un niveau d'équipement satisfaisant. Derrière les demi-guidons hauts qui remplacent le cintre du roadster, le compteur issu de l'ER6F dispose d'un gros compte-tours lisible et d'un large écran digital avec jauge à essence, deux trips partiels et l'heure. Il manque tout de même une jauge de température moteur et un indicateur de rapport engagé pour faire bonne figure. Juste en dessous, un petit bouton permet de déverrouiller manuellement le mécanisme du pare-brise et de choisir parmi les trois inclinaisons proposées. L'opération très rapide peut même être réalisée en roulant avec un peu de dextérité. Le tout est complété par la présence des feux de détresse sur le guidon. On regrette en revanche que le petit espace sous la selle ne permette pas d'emporter un antivol U (seulement un bloc-disque) et surtout l'absence de béquille centrale, pourtant bien utile au quotidien dans cette catégorie de machine. Quoi qu'il en soit, la Z1000SX présente dans les grandes lignes tous les critères d'une bonne routière. Mais tient-elle toutes ses promesses une fois en selle ?

Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011
Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

Dès les premiers tours de roues, la SX se met en évidence par à son ergonomie très naturelle. Moins basculé sur l'avant grâce à l'adoption des demi-guidons hauts, le pilote évolue sereinement et confortablement. Malgré cette position relevée, le conducteur conserve un bon ressenti du train avant. Même avec un surplus de 10kg face au roadster (228kg tous pleins faits), la Kawasaki paraît toujours relativement agile à basse vitesse. La selle haute (822mm) est affinée sur sa partie avant pour permettre au pilote de plus d'1m75 de poser les deux pieds à plat au sol. On déplore en revanche un revêtement toujours ferme à la longue, et surtout le haut niveau de vibrations à mi-régimes. Moins marqués dans les repose-pieds, ces fourmillements envahissent encore le réservoir et le guidon et ne jouent pas en faveur de l'agrément de conduite. Dommage pour une routière ! L'arrivée du carénage intégral est naturellement bénéfique en matière de protection. Les flancs dévient parfaitement le flux d'air pour protéger les jambes. Bien qu'étroit, le pare-brise se montre efficace lorsqu'il est réglé en position haute et fait une vraie différence sur voie rapide en offrant à la Z1000SX de véritables ambitions sur long trajet. Le passager bénéficie également d'une ergonomie bien pensée. Les repose-pieds sont certes haut-perchés, mais leur positionnement très en avant offre un appui satisfaisant pour les jambes. Un peu basses, les poignées sont utiles au freinage, mais ne permettent pas de s'agripper franchement à l'accélération. Il faut dire qu'avec une puissance de 138ch en version libre, la Z1000SX ne fait pas dans la demi-mesure côté performances.

Que ce soit en termes de sonorité ou de comportement, le quatre-cylindre en ligne distille un caractère pratiquement inchangé malgré sa transmission finale rallongée (15/41). Très souple à bas régime, la SX permet de reprendre sur un filet de gaz dès 1500tr/min en sixième sans soubresaut. Le moteur dévoile ensuite un comportement à la carte. En utilisation courante, on enroule gentiment en profitant du couple omniprésent entre 5000tr/min à 7000tr/min. La boîte à 6 rapports se montre globalement satisfaisante, même si le point mort est toujours long à trouver au feu rouge. Dès que la route se dégage, on peut aller taquiner le haut du compte-tour. Avec une puissance maxi de 138ch à 9600tr/min en version libre, la Kawasaki se défend plutôt bien en la matière. Le couple maxi (11,2 mkg) est atteint dès 7600 tr/min et reste constant jusqu'au rupteur à 10500tr/min. Autant dire que ça tire franchement dans les bras, le tout dans un miaulement rugueux caractéristique des motorisations Kawa. Espérons que cette vélocité perdurera malgré la castration française. La transmission rallongée se ressent tout de même en reprises sur les derniers rapports. La Z1000SX se montre ainsi un peu moins réactive entre 2000 et 4500tr/min, et impose parfois de rentrer un rapport là où le roadster reprenait avec davantage de conviction. En contrepartie, le régime de rotation du moteur est légèrement inférieur sur voies rapides (4800tr/min à 130km/h).

Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011
Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

Du côté de la partie cycle, la fourche inversée de 41mm et l'amortisseur à renvoi par biellette ont été sensiblement assouplis pour s'adapter à la vocation routière de la Z1000SX. La Kawasaki distille malgré tout un comportement toujours orienté vers le sport. Facile à inscrire en courbe grâce à son train avant directeur, la Z1000SX avale les portions sinueuses à très bon rythme et ne renie pas ses origines. Son cadre en alu garantit une rigueur qui met en confiance et ses étriers 4 pistons à montage radial font preuve d'une belle progressivité. Le mordant est modéré en début de course, puis s'accentue lorsqu'on saisit franchement le levier. L'élément arrière mériterait un peu plus de mordant en début de course, mais le système de freinage se montre cohérent pour une utilisation routière. L'ensemble peut s'agrémenter d'un ABS optionnel que nous n'avons malheureusement pas pu tester lors de ce premier essai. C'est en conduite sportive que les différences avec la version déshabillée apparaissent vraiment. La position plus axée sur l'arrière fait perdre un soupçon de précision dans les placements en entrée de courbe. De la même manière, les suspensions plus souples accentuent l'effet de redressement lorsqu'on sollicite le frein avant de manière trop prononcé en virage. Ces petits détails n'ont toutefois rien de vraiment rédhibitoire. Nous avons d'ailleurs dévalé les routes sinueuses du sud de l'Espagne à des vitesses très largement prohibées durant ces deux jours d'essais. Cela dit, il faut reconnaître que la Z1000SX tolère moins les approximations à rythme soutenu. En revanche, la routière dévoile une sérénité renforcée sur les portions de routes bosselées. Moins nerveux, le train avant gagne en stabilité tandis que les suspensions absorbent mieux les imperfections du bitume pour un sentiment de confiance renforcé.

Bilan

En dehors d'un confort de selle perfectible et de vibrations un peu trop marquées, la Kawasaki Z1000SX revendique de vraies qualités de routières. Plus confortable que sa soeur dénudée Z1000, en solo comme en duo, elle brille également par sa polyvalence accrue grâce à sa protection intégrale. Dans le même temps, son moteur toujours aussi expressif et sa partie-cycle légère et rigoureuse en font une moto à sensation sur parcours sinueux. La Z1000SX se présente en cela comme une vraie alternative aux sages roadsters habillés (Honda CBF1000F ou Suzuki GSX1200FA), tout en offrant un niveau de protection nettement plus convaincant que la Yamaha FZ1 Fazer. En proposant en plus deux valises latérales optionnelles de 35 litres (ou un top-case de 39 litres), Kawasaki accentue encore le potentiel de sa nouveauté, qui pourra ainsi rivaliser avec les rares sportives routières encore disponibles sur le marché, Triumph Sprint GT ou Honda VFR 1200 F. Malgré tout, la Kawasaki Z1000SX fait payer ses qualités et sa polyvalence au prix fort. Les tarifs officiels ne sont pas encore connus, mais la Kawasaki devrait s'échanger contre 12500€ en version de base (13200 € avec l'ABS, et au moins 14000€ avec les valises). Autant dire qu'à ce prix, la Z1000SX surclasse largement ses concurrentes directes. Heureusement, la nouveauté lorgne vers une large clientèle : propriétaire de roadsters semi-carénés à la recherche de davantage de sensations, pilote de sportives souhaitant gagner en confort d'utilisation, possesseurs de Z750 et Z1000 Naked en quête de polyvalence, la Z1000SX ratisse très large. C'est sans doute ce positionnement stratégique qui pourrait en faire la bonne surprise de l'année 2011 !

Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011
Photo de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

On aime bien

  • Protection du carénage
  • Caractère moteur dans les tours
  • Ergonomie sport-tourisme

On aime moins

  • Vibrations à 7000tr/min
  • Selle ferme à la longue
  • Pas de béquille centrale
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute
Ecouter

Commentez avec Facebook

Fiche technique de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

Tarif (estimation)12 500€
Garantie2 ans
Moteur4-temps, quatre-cylindre-en-ligne
Cylindrée1043cm3
Distribution2 ACT, 4soupapes/cyl
Refroidssementliquide
TransmissionBoîte manuelle 6 rapports, transmission finale par chaône (15x41)
Puissance138ch à 9600tr/min (VF 106ch)
Couple11,2mkg à 7800tr/min
Suspension avantFourche inversée de 41mm, deb 120mm, triple réglage
Suspension arrMonoamortisseur,deb 138mm, réglable en détente et précharge
Frein avantDouble disque 300mm, étriers à pistons opposés à montage radial
Frein arrièreSimple disque 250mm, étrier simple piston
Hauteur de selle822mm
Poids (constructeur)228kg tous pleins faits
Réservoir/Conso19L / nc

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.kawasaki.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011

Fond d'écran

fond d'écran de la Kawasaki Z1000SX modèle 2011
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600