Essai de la Honda CB1000R modèle 2008

Réalisé par Julien Métrop - photos D. Reygondeau et S. Perec

La découverte de la CB1000R se fait en deux temps : d'abord de l'extérieur, puis de l'intérieur, et les sentiments éprouvés évoluent nettement d'une étape à l'autre. De sa ligne ramassée et agressive émane en premier lieu une sensation de radicalisme pur. Le monobras dégage une jante à quatre branches de toute beauté, soulignée par un échappement court en position inférieure centrale et une coque arrière minimaliste. À l'avant, la massive fourche inversée de 43 mm et ses étriers 4 pistons à montage radial donnent le ton tandis que les écopes latérales et la tête de fourche triangulaire renforcent encore l'animosité de la bête. La finition n'appelle pratiquement aucun reproche, si ce n'est au niveau des commodos qui font un peu "cheaps" pour une moto de ce calibre (ce sont les mêmes que ceux de la Transalp !). En revanche, on apprécie l'ajustement parfait de toutes les pièces, mais aussi les traitements de surface et le choix des couleurs (noir pour la mécanique, finition alu pour le cadre et les platines) qui mettent parfaitement en valeur les arêtes saillantes de l'habillage. Le poste de pilotage s'enrichit d'un tableau de bord à triple écran digital parfaitement intégré et très "high tech". La lisibilité est un peu sacrifiée (jauge à essence minuscule, compte-tour digital à segment), mais qu'importe, car le résultat participe à l'esprit compact et ultramoderne de la CB1000R.

Photo de la Honda CB1000R modèle 2008
Photo de la Honda CB1000R modèle 2008

Avec un tel look, on s'attend logiquement à un environnement tout aussi radical une fois selle. Et bien c'est là que la firme japonaise a fait très fort ! Contrairement à bon nombre de concurrentes (à commencer par la FZ1 ou la Z1000), la CB1000R se révèle particulièrement accueillante. La finesse de l'assise et du réservoir couplée à la compacité du quatre cylindres en ligne issue de la CBR 1000 permet de poser facilement les pieds au sol. Le guidon est assez étroit et pas trop bas, si bien que la position de conduite est très agréable pour mon mètre 78. Seules petites imperfections dans cette ergonomie salvatrice, les rétros sont un peu étroits, la selle manque de douceur et la protection est tout simplement inexistante. En outre, les plus grands s'y sentiront peut-être un peu à l'étroit.

Quoi qu'il en soit, cette facilité de prise en main ne s'arrête pas là. À la mise en route du moteur, on est aussi surpris par le bon équilibre général et le diamètre de braquage court de la Honda qui se répercutent de manière très favorable sur la maniabilité. La douceur de la transmission, la souplesse du quatre cylindres à bas régimes et la précision de l'injection accentuent encore la docilité dans les moments difficiles (ville, pluie...). Cette CB1000R nous ferait presque oublier qu'elle appartient au segment des roadsters sportifs. Savoir rendre la puissance exploitable et accessible à tous, voilà un exercice dans lequel le premier constructeur mondial excelle.

Photo de la Honda CB1000R modèle 2008
Photo de la Honda CB1000R modèle 2008

Car ne vous y trompez pas, derrière la civilité des premiers instants, la CB1000R reste un roadster turbulent. Certes, la puissance "full" n'est pas si élevée (125 ch), mais les ingénieurs ont retravaillé le bloc pour accentuer le couple à mi-régimes et garantir sensations et efficacité sur route. Passé 4000 tr/min, le bloc s'emballe donc gentiment avant de tirer franchement sur les bras entre 7000 et 10000 tr/min, dans un miaulement caractéristique qui rompt avec la sonorité plus sage des bas-régimes . La boîte s'avère particulièrement souple et précise dans le verrouillage des rapports et les montées en régime s'enchaînent donc sans temps mort. Au final, le déficit de puissance n'enlève rien au caractère de la CB1000R qui semble plus explosive et un peu moins linéaire que ses concurrentes à moteur quatre cylindres. Espérons seulement que le bridage français ne le pénalisera pas trop, ce qui est loin d'être le cas sur l'hypersportive de la marque.

Au chapitre des sensations, la japonaise profite également d'une partie cycle légère et ultra vive. Très précise dans ses placements en entrée virage, stable sur ses appuis et saine dans ses réactions, la CB1000R est une arme sur petites routes sinueuses et se pilote surtout de manière très intuitive. Les suspensions ajustables (précharge, détente et compression pour la fourche, précharge et détente pour l'amortisseur) permettent d'adapter le comportement à la morphologie et au style de conduite du pilote. Le réglage d'origine reste cependant un bon accord entre rigueur et confort.

Photo de la Honda CB1000R modèle 2008
Photo de la Honda CB1000R modèle 2008

Côté freinage, mordant et facilité de dosage sont au rendez-vous avec une attaque douce au départ, et une puissance graduelle au fur et à mesure de la course. Le frein arrière est également très progressif et ne bloque pas au premier coup de pédale venu. Enfin, une version CBS-ABS sera également disponible pour 600 euros de plus.

Bilan

Malheureusement, les routes très sinueuses de la région de Milan et surtout la pluie incessante de cette journée d'essai ne nous ont pas permis d'évaluer le comportement de la Honda en conduite vraiment sportive, notamment la sensibilité du train avant sur les changements d'angle rapides et la stabilité de la machine dans les grandes courbes. Mais à première vue, la tenue de route et la moto dans son ensemble, semblent tout de même très bien nées. La CB1000R rappelle dans une certaine mesure la MV Brutale 910 par son rapport puissance/vivacité et son moteur explosif mais avec une sonorité moins grisante que celle de l'italienne.

Photo de la Honda CB1000R modèle 2008
Photo de la Honda CB1000R modèle 2008

Le look de la CB1000R avait déjà fait l'effet d'une bombe lors de sa présentation officielle au dernier salon de Milan, et bien le dernier-né des roadsters Honda en a encore surpris quelques-uns lors de ce premier test. Derrière sa ligne compacte et tranchante se cache en effet une moto à double visage. Sensationnelle et efficace quand le rythme s'accélère, la CB1000R est aussi agréable et naturelle à conduire au quotidien. Et c'est peut-être en cela qu'elle fait réellement la différence face à la plupart des roadsters 1000 bien plus exclusifs de nature. Affichée à seulement 10300€, la nouveauté arrivera en juillet prochain à un tarif inférieur à ses principales rivales. Que demander de plus ?

essai de la Honda CB1000R modèle 2008
Essai de la Honda CB1000R modèle 2008

On aime bien

  • l'ergonomie globale
  • le caractère moteur
  • la vivacité offerte

On aime moins

  • la fermeté de la selle
  • les rétros trop petits
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute
Ecouter

Commentez avec Facebook

Fiche technique de la Honda CB1000R modèle 2008

Tarif (juil. 2008)10300€
Hauteur de selle828mm
Puissance125 ch à 10 000 tr/mn
Couple10,1 mkg à 7 750 tr/mn
Poids (constructeur)217kg pleins faits
Réservoir/Conso17L / nc
Suspension AVfourche inversée à cartouche 43mm, réglable en précharge, détente et compression, débattement 120mm
Suspension ARmonoamortisseur réglable en précharge et détente, débattement 128mm
Frein AVdouble disque 310mm, étriers 4 pistons à montage radial
Frein ARsimple disque 256mm, étrier double piston
Diamètre de braquage5,6m
Au compteurvitesse, compte-tours digital à segment, jauge à essence, 2 trips partiels, heure, température moteur, voyant de défaut moteur, voyant de clé codée, voyant d’alerte pression d’huile, voyant d’alerte température d’eau
Kilométrage au départ500km
Conditions météosnuages/pluie (8-10°C)

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur moto.honda.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Honda CB1000R modèle 2008

Fond d'écran

fond d'écran de la Honda CB1000R modèle 2008
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600