Essai de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

Réalisé par Jean-Michel Lainé

Il y a 10 ans, Harley-Davidson faisait sa révolution avec un moteur éponyme. La marque centenaire s'attaquait au mythe, son fameux bicylindre en V à refroidissement par air allait dorénavant avoir un frère nettement plus jeune et vigoureux, doté d'un refroidissement liquide, mis au point avec l'aide de Porsche et destiné à des machines autrement plus sportives tout en restant dans l'univers du custom, HD oblige. La première du nom de cette nouvelle lignée des VRSC qui n'a jamais vraiment trouvé son public est la V-Rod 1130, puis 1230 et enfin 1250 comme actuellement en 2012. La Muscle est inchangée contrairement à cette V-Rod et à la Night Rod Special qui trouve toujours autant de fans pour la détailler. Etonnamment, la VRod reste dans les mémoires comme première «liquide» mais fait moins tourner les têtes. Qu'importe. Le moteur ne change en rien, la ligne évolue peu sur l'avant, l'arrière beaucoup plus avec un nouveau garde-boue fuyant pour rappeler les coupés Fastback dans la culture des voitures US, un feu à LED intégré et toujours une vue imprenable sur le pneu de 240 mm dont le noir contraste avec l'abondance d'alu et de chromes.

Photo de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012
Photo de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

Ce qui change le plus (ou presque) sur la V-Rod est ce qui ne se voit pas : la position de conduite. Ce n'est pas le jour et la nuit non plus, mais les repose-pieds plus en arrière, le cintre du guidon abaissé et la hauteur de selle un peu diminuée procure une nouvelle assise plus naturelle, plus facile et finalement moins fatigante même si on est un peu moins droit qu'auparavant. Les positions aux guidons de la Night Rod Special et de la V-Rod tendent à se rapprocher sur les millésimes 2012. Pour un comportement plus évident et vif, une fourche inversée vient remplacer la fourche traditionnelle de la précédente génération, l'empattement perd 1 cm et des jantes à 5 doubles branches remplacent les jantes presque pleines pour un allègement significatif du poids non suspendu. La position du pilote est un peu plus active pour permettre de mieux la balancer d'un virage à l'autre, surtout avec moins d'efforts même si on était loin de celui nécessaire pour la Night Rod. On peut bien entendu rouler vite n'en déplaise aux anti-Harley qui sont toujours surpris les performances de cette américaine. Cette machine sait le faire avec un châssis étonnamment rigide, stable et précis sur l'angle pour un guidage sécurisant. De quoi tirer le meilleur de ce moteur liquide qui présente toujours sa principale caractéristique sur deux niveaux.

En effet, le V-Twin Revolution 1250, c'est Docteur Jeckyll et M Hyde. Parfaitement docile sous les 4000 tr/min et même assez rond, on peut rouler à faible allure en ville sans devoir trop solliciter la boîte de vitesses. De quoi envisager une petite balade nocturne une nuit d'été ou un peu de tourisme sereinement même si selon le rapport sélectionné, l'allure peut être élevée dans l'absolu. A ce régime, un coup d'oeil sur le compte-tours monte qu'on est loin du régime maximal, à peine à la moitié ! Passés les 5000 tr/min, le moteur fait preuve d'une réactivité remarquable, avec des variations de régimes vives et des reprises efficaces. Le couple semble présent partout pour une simple relance en sortie de virage comme pour une accélération tonitruante en départ arrêté. Le seul regret est que tout ceci ne s'accompagne pas d'une sonorité aussi envoutante que les variations de l'aiguille du compte-tours mais on ne peut pas tout avoir ... Quoi qu'il en soit, l'amateur de cruising ou de power bike devrait trouver son bonheur au guidon d'une telle machine. Ce ne sera peut-être pas le cas du passager, sûrement pas même, qui devra se contenter d'une selle minimale et de la présence d'une simple sangle pour se tenir : ça fait peu. Vous pouvez toujours opter pour un Sissy Bar si casser la ligne ne vous dérange pas plus que ça. Les aspects pratiques ne sont toujours pas au menu de la V-Rod, même en 2012. L'instrumentation est identique notamment avec la jauge qui semble diminuer de façon non linéaire, et le réservoir sous la selle ne ferme toujours pas à clé. Décidément, les VRSC ne sont pas pratiques même si elles revendiquent sans aucun doute ce qui se fait de plus moderne et technologique (au moins dans les esprits) dans la gamme Harley-Davidson.

Photo de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012
Photo de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

Bilan

10 ans après l'introduction du moteur liquide chez Harley-Davidson avec la coopération de Porsche pour sa conception, la V-Rod première du nom dans les VRSC, est toujours au catalogue. Si le moteur Revolution s'accompagne de sensations inconnues dans la gamme du constructeur américain et donc d'une vraie révolution, le succès espéré n'est toutefois pas à la hauteur des performances de l'engin. Plus encore qu'une autre HD, pour tirer le meilleur de celle-ci, il faut prendre le temps d'assimiler le mode d'emploi du V-Twin 1250 de cette VRSC. A l'oreille on se dit que même si l'allure est très correcte, on est au bout ... erreur du néophyte qui passera à côté de la seconde partie du compte-tours nettement plus musclée et tonitruante. Avec les modifications de géométrie apportées, on gagne en facilité de prise en main et en vivacité. On n'est certes pas au niveau de la nouvelle arrivée dans la catégorie des Muscle Bike qu'est la Diavel si on s'en tient strictement au comportement dynamique, mais comme au guidon de la Night Rod Special, on gagne légèrement en plaisir de conduite tout simplement parce que pour obtenir les mêmes performances, il y a moins d'efforts à produire. Certes les suspensions sont encore très fermes et l'ABS trop intrusif en conduite «sportive», mais celui qui cherche une moto pour flâner en bord de mer un soir d'été ou taquiner quelques roadsters sur des routes sinueuses peut trouver dans la V-Rod un compromis pertinent. La nouvelle fourche et la réduction du poids non suspendu sont appréciables. Les seuls regrets émaneront certainement du passager qui n'y gagne pas vraiment en confort avec ce nouvel arrière, ou du propriétaire qui devra toujours se satisfaire d'un réservoir qui ne ferme pas à clé ou d'une jauge pas très linéaire. Bref, on ne craquera pour la V-Rod que pour son style très «métal brut» et pour son bicylindre musclé, un genre qu'on aime ou pas mais qu'on ne trouve nulle part ailleurs.

essai de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012
Essai de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

On aime bien

  • La conduite plus facile
  • Le style plus musclé
  • Le confort du pilote

On aime moins

  • La trappe à essence sans clé
  • Le confort du passager
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Commentez avec Facebook

Fiche technique de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

Tarif (avril 2012)17190€
Puissancenc
Couple11.3 à 7250 tr/min
Frein avantDouble disque 4 pistons
Frein arrièreSimple disque 4 pistons
Hauteur de selle675mm
Poids (constructeur)289kg à sec
Réservoir/Conso19L / 7.5L aux 100km

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.harley-davidson.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012

Fond d'écran

fond d'écran de la Harley-Davidson V-Rod 1250 modèle 2012
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600