Essai de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

Réalisé par Jean-Michel Lainé

10 ans, voici 10 années que Harley-Davidson a lancé son V-Twin à refroidissement liquide mis au point avec l'aide de Porsche. Il trouvait d'abord sa place au coeur de la V-Rod avant de sévir sur d'autres modèles de la gamme VRSC dont notre fameux Night Rod Special tout en longueur avec une assise très basse et une peinture noire mate. D'une cylindrée de 1230, il passait rapidement à 1250, la cylindrée actuelle. Pour 2012 et le dixième anniversaire du moteur Revolution, le seul de la marque américaine bridé pour la France, deux machines profitent d'évolutions : la V-Rod et celle-ci, la Muscle est inchangée. Pour la Night Rod, les évolutions ne portent ni sur le moteur ni sur la boîte de vitesses à 5 rapports, elles se concentrent sur l'esthétisme et la prise en main de cette machine à l'empattement de plus 1m70 et au poids en état de marche d'un peu plus de 300 kg ! Pour la ligne, H-D a changé la forme du phare à l'avant et allégé la casquette qui l'entourait jusqu'à l'année dernière. La plus importante modification est sur l'arrière de la moto avec un garde-boue totalement différent. Un coup de crayon fuyant qui rappelle les lignes des célèbres coupés Fastback. Le feu à LED est totalement intégré et ne dépasse plus du tout. Un peu plus court, le garde-boue dégage la vue sur le large pneu de 240 mm. La selle du passager est réduite au minimum, réduisant un peu plus encore les possibilités de duo sur cette machine.

Photo de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012
Photo de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

Outre ces changements esthétiques, ce qui change le plus est la prise en main. Une large fourche inversée est venue remplacer la fourche traditionnelle pour 2012 et l'empattement perd 1 cm. Des jantes à 5 doubles branches remplacent les jantes presque pleines du modèle précédent, le style est différent mais surtout le poids qui rend 1,5 kg sur chaque pour réduire la masse non suspendue. Enfin, la position au guidon est modifiée. La hauteur de selle descend de 15mm, les repose-pieds avancés le sont moins et le guidon toujours aussi bas est maintenant reculé vers le pilote. On est nettement moins couché et plié sur cette Night Rod Special que sur celle de l'année dernière. La position est plus naturelle et confortable à la longue. Cette nouvelle géométrie permet aussi d'avoir plus de force sur les repose-pieds, et les bras les plus courts apprécieront certainement ce guidon moins éloigné lors des manoeuvres à faible allure. L'assise s'approche d'ailleurs nettement de celle de la nouvelle V-Rod. L'intérêt de ces modifications est aussi dynamique. Ainsi corrigée, la nouvelle Night Rod est plus facile à manier notamment en raison d'une position moins contraignante pour son pilote. Certes, le style y perd un peu. Les passages d'un angle à l'autre sont plus rapides et réclament un effort moindre sur le guidon et les repose-pieds. Que les fans se rassurent, si cette machine permet toujours de rouler (très) vite, elle demande toujours un certain savoir-faire pour en tirer le meilleur. Le mode d'emploi n'est pas évident, ça se mérite.

Ce regain de maniabilité et de facilité avec cette position plus naturelle, donne rapidement envie de profiter au mieux de ce moteur «liquide» toujours aussi démonstratif. On retrouve toutefois la signature de la marque américaine à savoir des premiers rapports longs et un moteur très rond qui descend bien moins vite qu'il ne monte dans les tours. Assez docile jusqu'à 4000tr/min, il permet de facilement rouler en ville sans trop devoir jouer avec la sélection ou plus simplement de rouler en profitant du paysage. Les 5000tr/min passés, il faut regarder le compte-tours pour s'apercevoir qu'il en reste encore beaucoup et qu'on n'a encore rien vu ! A hauts régimes, le moteur Revolution 1250 ne faiblit pas et tracte avec vigueur l'équipage. Les rapports se montent et se descendent rapidement, les reprises sont vives et le couple omniprésent. Les repose-pieds un peu reculés ont sans doute fait gagner un peu de garde au sol en entrée de courbe, ce qui ne gâche rien pour enchaîner les virages à un rythme qui devrait en surprendre quelques uns. Le passager n'est pas forcément aussi enthousiaste avec cette selle qui s'est réduite comme peau de chagrin sur ce millésime 2012, on ne peut pas lui reprocher. D'ailleurs côté pratique, l'instrumentation est identique et le réservoir sous la selle ne ferme toujours pas à clé. Il est vrai qu'on ne choisit normalement pas de rouler en Night Rod Special pour ses aspects pratiques...

Photo de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012
Photo de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

Bilan

La V-Rod créait la surprise il y a 10 ans en apportant un moteur à refroidissement liquide dans la gamme Harley-Davidson : une révolution ! Elle lançait du même coup une catégorie de cruisers très dynamiques pour celui qui prenait le temps d'en apprécier le mode d'emploi. L'année dernière, la Ducati Diavel est arrivée en associant au style et au gabarit d'un power cruiser, une conduite sportive totalement inédite sur ce segment. H-D réagit en apportant un nouveau feeling à la plus remarquée des VRSC, la Night Rod Special 1250. Sans être aussi réactive et facile à la conduite que sa concurrente italienne, il faut reconnaître que ces modifications permettent une conduite bien plus vive et surtout bien moins contraignante même si le confort des suspensions reste encore très ferme. La prise en main est plus instinctive et le confort en amélioration pour le pilote. Pour le passager par contre, la selle minimaliste ne lui permet pas d'avoir le même jugement dès que la route s'éternise un peu... Quoi qu'il en soit, en dehors de l'ABS trop intrusif si la route n'est pas idéale et l'allure un peu trop élevée, la nouvelle position de conduite, la nouvelle fourche et sans doute la réduction du poids non suspendu, apportent un vrai plus à cette Night Rod. Esthétiquement, encore plus que pour le modèle précédent, il ne faut pas se fier aux photos qui écrasent tous les volumes de cette machine body-buildée dont le seul regret un fois en selle est la sonorité de plus en plus étouffée au fil des ans.

essai de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012
Essai de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

On aime bien

  • La conduite plus facile
  • Le style plus musclé
  • Le confort du pilote

On aime moins

  • La trappe à essence sans clé
  • Le confort du passager
Quotidien
Voyage
Loisir
Sport
Duo
On vous regarde
On la détaille
On l'écoute

Commentez avec Facebook

Fiche technique de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

Tarif (novembre 2011)16990€ en noir
Puissancenc
Couplenc
Frein avantDouble disque 4 pistons
Frein arrièreSimple disque 4 pistons
Hauteur de selle675mm
Poids (constructeur)302kg en état de marche
Réservoir/Conso19L / 7.5L aux 100km

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.harley-davidson.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012

Fond d'écran

fond d'écran de la Harley-Davidson Night Rod Special modèle 2012
Fond d'écran aux dimensions 1024x768 1280x1024 800x600