Essai de la Buell XB9R modèle 2003

Réalisé par la rédaction

L'essai de cette machine forte en sensation sur les routes du Berry, de l'Allier et du Cantal ne laisse pas indifférent. Son moteur et sa partie cycle travaillent de concert pour cette véritable usine à plaisir.Cette machine paraît vive et légère... ce n'est pas qu'une apparence !

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

Rapidement...

  • Bicylindre en V à 45 degrés, 984cm3, injection
  • Empattement 1320 mm, angle de chasse 21 degrés, chasse 83 mm
  • Fourche inversée Showa réglable en compression, détente et précharge
  • Amortisseur Showa réglable en compression, détente et précharge
  • Frein avant : disque flottant 375 mm, étrier 6 pistons
  • Frein arrière : disque 240 mm, étrier flottant monopiston
  • Pneus Dunlop D207
Démarrage
Ce qui frappe d'entrée, c'est l'encombrement mini de cette machine... Tout est ramassé et compact. Son empattement de 1320 mm, sa longueur de 1m92 et sa largeur vous montrent tout de suite que vous êtes sur une machine conçue pour être vive et maniable. La légèreté est aussi sa caractéristique : elle paraît plus légère qu'une 600 supersport ! Pour l'anecdote, lorsque vous êtes en selle, couché sur le réservoir, vous pouvez toucher l'axe de roue avant si vous êtes un peu grand ! Lors de la mise en route, le moteur se fait entendre avec ses 97db. Le bruit sourd du gros bi-cylindre participe largement au plaisir de pilotage.

Moteur et boîte
Le son est suffisant pour entendre le moteur s'exprimer lors des accélérations ou des décélérations. Le bi-cylindre répond à la moindre sollicitation de la poignée si vous êtes au-dessus de 3500tr/min. En dessous, il reprend bien même en 5ème, mais le coup de pied intervient au-delà de 3500 tours. Même à des vitesses élevées, le moteur reprend et tracte puissamment l'équipage jusqu'à la zone rouge. De son côté, le frein moteur est également très important et permet réellement de rouler sur le couple sans jouer de la boîte et ceci à des allures très variées.

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

La boîte de vitesse n'est pas celle d'une sportive mais cela ne s'avère pas gênant même pour conserver un rythme de croisière élevé. Jouer entre la 4 et la 5 permet de changer rapidement d'allure en entrée ou en sortie de virage. Pour les virages plus serrés on peut également se faire catapulter avec la 3 en sortie de courbe. Il n'y a guerre qu'entre la première et la deuxième que la rapidité de la sélection peut s'avérer gênante, donc en ville principalement. Mais ce n'est pas pour ce genre de parcours que cette moto est pensée. Ses trucs à elle, ce sont les enchaînements rapides dans la campagne en jouant avec le gros couple du moteur.

Pour profiter du paysage, il est facile de rester sur le cinquième rapport et de simplement jouer avec la poignée des gaz pour utiliser le couple du moteur sans toucher ni aux freins ni à la boîte.

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

Fourche et suspension
La machine est courte et légère. Le réglage de l'amortissement ainsi que la pression des pneus sont très sensibles et ne doivent pas être négligés. Les éléments de la fourche sont réglables en compression, détente et précharge. En fonction de votre poids et de votre style de pilotage, il est facile de l'accorder pour coller à la route. Il en va de même pour la suspension qui est également réglable en compression, détente et précharge. Attention à la pression des pneus lors des réglages, une centaine de grammes de plus ou de moins se ressentent dans la maniabilité.

Freinage
A l'avant, on trouve un disque flottant 375mm fixé sur la jante et un étrier 6 pistons. A l'usage, ceci se montre très puissant et parfaitement dosable en attaque et en appuis, on y prend vite goût après quelques kilomètres d'apprentissage. Même si cela n'est pas conseillé, on peut même freiner avec deux doigts sans aucun problème. A l'arrière le frein fait bien son travail et permet facilement de corriger ses trajectoires en courbe.

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

La nuit
Rouler de nuit n'est pas toujours agréable en deux roues. Les petits "yeux" de la XB9R diffusent un éclairage rond... on a l'impression de suivre un disque de lumière sans jamais pouvoir le rattraper. En dehors de cette originalité, l'éclairage est satisfaisant en feux de croisement comme en feux de route.

A propos du confort
Pour le pilote, l'accueil est sportif mais pas désagréable à la longue. La position sportive permet de bien faire corps avec cette machine très vive et légère. Nous avions une selle cuir, disponible en option, qui s'est révélée confortable à l'usage en plus d'être agréable à l'oeil et au toucher. Pour le passager, c'est clair que ce n'est pas une GT et si la moto est prévue pour deux, il est tout de même conseillé d'en avoir une par personne pour envisager de longs trajets...

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

La selle passager est dissimulée sous le dosseret. Elle peut être mise et enlevée très facilement sans outils, il suffit de la clé de contact pour la déverrouiller. Un petit emplacement sous la selle passager peut accueillir un bloc disque et un petit vêtement de pluie.

Roulage
Cette moto est avant tout un jouet pour profiter pleinement du pilotage sportif adapté à nos routes. Ce qui frappe dès le premier virage, c'est que l'on termine le virage avant sa fin ! En effet, elle semble vouloir tourner plus qu'il ne faut comme si elle trouvait le virage pas assez serré ! Très vite, en quelques kilomètres, on prend confiance et profite de cette vivacité pour aborder n'importe quel virage de nos départementales en confiance.

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

Lors de notre essai, la consommation a tourné autour de 5.5 litres aux 100 kilomètres et même si le réservoir n'est pas grand, cela permet de dépasser les 200 kilomètres d'autonomie en roulage sport... Un témoin de réserve bien visible vous indique qu'il va falloir ravitailler et un compteur partiel affiche automatiquement le nombre de kilomètres parcourus depuis le passage en réserve : très pratique.

La tête de fourche n'est pas large mais évite toute turbulence même à des vitesses élevées. Le vent se fait bien sentir mais de façon régulière donc ce n'est pas gênant si vous êtes un habitué des roadsters. La machine est si courte que l'on a l'impression de voir juste devant la roue avant. On s'y habitue très vite et oublie presque qu'on est sur une machine tellement on "rentre" dans la route qui défile sous les roues !

Photo de la Buell XB9R modèle 2003
Photo de la Buell XB9R modèle 2003

Bilan

Si vous êtes à la recherche d'une moto 100% ludique permettant de trouver un réel plaisir de pilotage sur nos routes sans pour autant effrayer tous les radars, même si elle en est capable, cette machine est faite pour vous. Chaque machine possède son domaine de prédilection, celle-ci est née pour être ludique. Lors de notre essai, nous avions quelques options sur la machine que vous retrouverez sur nos photos : le protège réservoir, la selle en cuir et la bulle fumée qui s'accorde bien niveau couleur avec le bleu de la moto.

Commentez avec Facebook

Ces données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Si ce modèle est toujours au catalogue, vous trouverez des informations complémentaires, le dernier tarif ainsi que les promotions en cours sur www.buell.fr, le site officiel de la marque.

Photos de la Buell XB9R modèle 2003