Tracer Tour Ecosse J3 : Glenborrodale à Oban

Réalisé par Cédric Prowler, photos : Cédric Prowler et Laurent Benchana

6h du matin, le réveil est un peu douloureux : le petit déjeuner n'est que très frugal puisqu'on doit faire vite et qu'un plus consistant nous attend quelques heures de roulage plus loin. Il fait encore nuit noire quand on prend la route, un petit 6~7°C et un épais brouillard qui colle à la visière. Ca caille, et la route qui mène à Killchoan est sinueuse, vallonnée et par endroit largement couverte de gravillons, ou de bouses de vache fraiches, pour le moins glissantes ! Ce n'est que le début des 220 kilomètres qui nous attendent.

Arrivés comme prévu pour le ferry dont les places sont payées, mais pour lequel on doit se présenter au plus tôt pour qu'elles ne nous soient prises par des plus matinaux que nous encore, on grelote dans le froid humide en attendant l'heure d'embarquement ; aussi, je récupère un pull (optimiste que j'avais été après 2 jours à rouler en tenue estivale) dans le camion d'assistance : mais toujours point de ferry en vue. Et pour cause, celui-ci ne viendra pas, la faute au brouillard et aux grandes marées. On opère donc à une stratégie de repli dans le pub le plus proche, qui s'avère finalement être le «Community center» de Killchoan ; la salle commune faisant office de maison des associations, MJC et gymnase du coin donc, mais il y'a du café, du thé et quelques gâteaux en attendant des nouvelles du bac qui doit nous emmener sur l'île de Mull.

tracer tour ecosse j3 01 les fameuses et courantes routes voie unique avec les places pour se croiser
Tracer Tour Ecosse J3 les fameuses et courantes routes à voie unique avec les places pour se croiser

Fin de matinée, la mauvaise nouvelle tombe, toujours pas de bateau en vue à Killchoan : Florence et Philippe s'activent au téléphone et trouvent un plan de repli. On rebrousse chemin pour viser un autre ferry plus au sud, qui lui, plus court et plus en retrait dans les terres devrait être maintenu, et à peine une trentaine de kilomètres parcourus qu'on retrouve effectivement un grand soleil, alors qu'on longe le Loch Sunart, mais le temps presse quelque peu si on veut voir l'île de Mull dont on doit absolument sortir avec le dernier ferry. On n'a fait que 100km arrivés à Lochaline quand on parque les motos devant l'embarcadère, le temps d'avaler un sandwich à la baraque à frites voisine avant de monter à bord ; mais peu importe les heures de sommeil ou la gastronomie aujourd'hui, nous ne sommes pas venus pour larver sur une plage !

Le début de la traversée nous fait rapidement craindre le pire, avec la reprise d'une brume épaisse, mais les motos à peine débarquées que le ciel se découvre à nouveau. La route vers le nord de l'île est sinueuse mais très roulante, jusque Tobermory, magnifique village aux maisons colorées faisant face au vieux port à marée basse. Deux photos dans la boite et on file, car il nous faudrait trois heures (qu'on n'a plus guère) pour faire le tour de l'île.

tracer tour ecosse j3 02 la brume est elle aussi l embarcadaire
Tracer Tour Ecosse J3 la brume est elle aussi à l'embarcadaire

Passé Tobermory, la route redevient étroite, sinueuse, technique, tantôt bosselée, tantôt gravillonnée, parfois les deux en même temps, et il s'avère assez difficile de dépasser les 50 à 60km/h et passer la quatrième, ou alors pour le plaisir (le trois cylindre 847cc affichant une souplesse hors de commun lui permettant de reprendre à 1800tr/min sur le dernier rapport, et de rouler à 20km/h ou sortir des épingles en quatrième). Bien qu'on soit un peu pressés par le temps, ça n'inspire guère à vouloir essorer la poignée de droite et cela tombe plutôt bien, puisqu'une nouvelle fois (à croire qu'on pourrait s'en lasser, mais non, bien au contraire !) les paysages sont magnifiques, somptueux ; l'île semblant réunir à elle seule et en peu de kilomètres tout ce qu'on a pu voir depuis deux jours.

La lumière et ce soleil bas d'un début d'automne dans le nord sont absolument magiques, comme si on avait mélangé la Bretagne, les Alpes, quelques images de fond de «Highlander», de «Braveheart» et de «Harry Potter» dans un grand chaudron en cuivre, clairsemé d'une très légère brume, descendant des sommets ou remontant des Loch, le tout éclairé d'une lumière rasante teintée de doré ! Il ne manquerait qu'une bande son de cornemuse, un petit «Amazing Grace» à fond les ballons dans le casque, et on pourrait se poser là, assis sur un caillou à regarder le soleil se coucher ; on en chialerait presque !

tracer tour ecosse j3 03 pour emp cher le b tail de passer mais pas nos motos
Tracer Tour Ecosse J3 pour empêcher le bétail de passer mais pas nos motos

Mais, si on voudrait pouvoir arrêter le temps là, celui-ci n'en fait qu'à sa tête, et il nous faut rejoindre avant le dernier ferry, la petite ville Craignure, dont l'embarcadère est à son tour dans la brume. Un dernier petit détour pour quelques volontaires par le «Duart Castle» nous démontrera une nouvelle fois que la météo locale est extrêmement changeante sur de très courtes distances, puisqu'à deux kilomètre du port, c'est une magnifique lumière rasante qui baigne le château, malheureusement entourés d'échafaudages pour sa restauration. Quelques prises de vue, puis nous revenons au bateau pour une dernière traversée qui nous amènera à Oban.

Là, il nous faudra rendre les motos qui rejoindront la France en camion, nous changer rapidement dans un hôtel où nous attend une petite collation fort appréciée, avant de prendre le bus, affrété à notre seul usage pour rejoindre Glasgow et ainsi éviter 140km et deux heures et demi de trajet inintéressant au possible, de nuit, avec l'approche de la ville et de sa circulation.

Demain, retour à Paris en avion en passant par Glasgow en bus.

On a bien aimé

  • Les paysages magiques, magnifiques, somptueux !
  • L'organisation, les road-book, l'hébergement, l'efficacité et la rapidité de l'assistance.
  • La MT09 Tracer, formidable compagne pour ce trip, lors duquel elle s'est trouvée à 200% dans son élément.
  • La météo très clémente façon été indien écossais, même si on nous promet que c'est plutôt fréquent à cette période.
  • La passion communicative avec cette poésie dans les mots et les yeux qui pétillent de Philippe, la prévenance et le rythme imposée par Florence.
  • La politesse au volant des écossais, leur sympathie en général.
  • La gastronomie (si si !) et les bières écossaises.
On a moins aimé
  • L'annulation impromptue du bac de Killchoan, chose parait-il extrêmement rare, mais qui nous a privés de quelques heures de sommeil et de la moitié du tour de l'île de Mull.
  • Les hamburgers surgelés de la baraque à frite de Lochaline.
  • La conduite hasardeuse du chauffeur de bus Oban-Glasgow ; c'est bien le seul écossais qu'on ai vu si peu prévenant et poli au volant (même si on n'en a vu que peu sur les routes désertes empruntées).
  • Devoir rentrer après trois jours de trip absolument merveilleux !

Un petit mot sur la Yamaha MT09 Tracer

Notre compagne idéale pour ce road-trip, souple, onctueuse (du moins en mode standard ou A), joueuse, facile de prise en main, neutre de partie-cycle, économe (5.4L/100km affiché sur nos 826km réalisés), mais aussi, quand on le lui demande, vive et pêchue, nerveuse, hargneuse dans les tours, sonore juste ce qu'il faut... elle en offre beaucoup pour un rapport qualité prix assez hors du commun. Et si on peut lui reprocher une selle peu confortable à la longue, ou des suspensions qui avouent un peu leurs limites en conduite soutenue, ou grèvent légèrement le confort sur le bosselé, on s'est demandé ce que pouvaient bien offrir de plus quelques concurrentes plus, voire beaucoup plus chères, notamment en 100cv, du moins pour un tel usage «petites routes et tourisme», plus ou moins dynamique. Si ce n'est une surprise, puisque le succès commercial des MT09 et MT09 Tracer le montre déjà, c'est un tout cas une confirmation des nombreuses qualités de cette machine.

tracer tour ecosse j3 04 au loin le brouillard ici il fait meilleur
Tracer Tour Ecosse J3 au loin le brouillard, ici il fait meilleur

tracer tour ecosse j3 05 la vue sur la mer est plus famili re
Tracer Tour Ecosse J3 la vue sur la mer est plus familière

tracer tour ecosse j3 06 quelques paves chou es
Tracer Tour Ecosse J3 quelques épaves échouées

tracer tour ecosse j3 07 une des fameuses single track surplombant la mer
Tracer Tour Ecosse J3 une des fameuses single track surplombant la mer

tracer tour ecosse j3 08 de nouveau une pave sur cette cote accident e de l ecosse
Tracer Tour Ecosse J3 de nouveau une épave sur cette cote accidentée de l'Ecosse

tracer tour ecosse j3 09 maisons color es du bord de mer
Tracer Tour Ecosse J3 maisons colorées du bord de mer

tracer tour ecosse j3 10 bateau au mouillage au port marr e basse
Tracer Tour Ecosse J3 bateau au mouillage au port à marrée basse

tracer tour ecosse j3 11 vue typique de la cote de cette partie de l ecosse
Tracer Tour Ecosse J3 vue typique de la cote de cette partie de l'Ecosse

tracer tour ecosse j3 12 d ici on voit mieux enfin plus loin
Tracer Tour Ecosse J3 d'ici on voit mieux enfin plus loin

tracer tour ecosse j3 13 glengorm castle bed and breakfast la ferme
Tracer Tour Ecosse J3 Glengorm Castle bed and breakfast à la ferme

tracer tour ecosse j3 14 vaches poil long des highlands
Tracer Tour Ecosse J3 vaches à poil long des highlands

tracer tour ecosse j3 15 un arr t de quelques instants une passing place permet de regarder le paysage avec le brouillard au fond
Tracer Tour Ecosse J3 un arrêt de quelques instants à une passing place permet de regarder le paysage avec le brouillard au fond

tracer tour ecosse j3 16 fin du voyage au soleil couchant
Tracer Tour Ecosse J3 fin du voyage au soleil couchant

tracer tour ecosse j3 17 un dernier coup d oeil sur la mer
Tracer Tour Ecosse J3 un dernier coup d'oeil sur la mer

Tracer Tour Ecosse, nos 3 étapes

Commentez avec Facebook