Dunlop Qualifier II

Réalisé par Guillaume Mongin – photos DR

Souvent décrié par la presse pour son manque de grip sous la pluie, Dunlop se devait de réagir pour redresser la réputation de son pneu sportif. C'est ainsi qu'est né le Qualifier II qui a fait le souci des chimistes, des ingénieurs et des essayeurs durant de longs mois.

dunlop qualifier ii suzuki gsxr1000 ambianceAssurance...
Pour le replacer dans la gamme Dunlop, le Qualifier II se situe entre le Qualifier RR (ultrasportif) et le Roadsmart (sport/touring). Il est destiné à tous les supersports et roadsters 600 et 1000 cm3 évoluant sur route, au même titre que ses concurrents Michelin Pilot Power, Pirelli Diablo Corsa III ou le Bridgestone BT-016. D'ailleurs Dunlop a vraiment mis les pieds dans le plat cette fois-ci, puisqu'ils nous ont fait tester deux concurrents avant le Qualifier II. Une pratique pourtant rare sur ce genre de présentation et qui montrait une réelle assurance de leur part. Le soleil était au rendez-vous sur ce circuit Dunlop/Goodyear à la fois rapide et technique. Sachez qu'il est un exercice très difficile de juger un pneu, car les sensations perçues sont peu marquées. On jugera donc le niveau de grip, en remarquant à quel niveau d'accélération sur l'angle le pneu commence à décrocher. C'est en poussant la GSXR 1000 sur ces derniers retranchements que le Qualifier II nous alerté de quelques glisses. Il a été clairement meilleur que ces concurrents à ce petit jeu. Mais surtout, il offre des glisses très progressives, si bien que le pilote n'est pas surpris et conserve toute sa confiance lorsque le rythme devient très élevé. Sur le point de la maniabilité, on lui note également une certaine neutralité. Le Dunlop mène la moto sur l'angle avec précision sans vouloir précipiter les choses, mais sans pour autant rendre la moto pataude. Un trait de confiance qui plaira aux plus grands nombres. Sa carcasse particulièrement rigide est idéale dans les courbes rapides où le Q2 fait preuve d'une belle stabilité. Contrairement à d'autres il transmet beaucoup d'informations sur l'état de l'enrobé et les contraintes qu'il encaisse à l'accélération ou en appuis. Mais le revers de la médaille, c'est qu'il absorbe moins les chocs, pêchant ainsi en termes de confort. Direction le circuit «wet» sur lequel un film d'eau d'une dizaine de millimètres d'épaisseur coule en permanence. Encore une fois, la concurrence était là à titre de comparaison. L'adhérence sur sol mouillé est essentielle dans nos contrées où la pluie est quasi omniprésente entre novembre et mars. Et bien justement, le Qualifier II s'est montré très démonstratif sur ce point et n'a rien à envier au Pirelli Diablo Corsa III qui fut la référence sous la pluie jusqu'à ce jour. Évidemment on est encore loin d'un pneu pluie de compétition, mais toujours est-il que le Q2 limite considérablement les micros glissements en virage, retarde le décrochage de l'avant au freinage et bénéficie d'un excellent pouvoir de traction. On a même noté que le pneu avant gagnait en précision par rapport au Pirelli.

dunlop qualifier ii ctcs dunlop qualifier ii positionnement gamme dunlop qualifier ii multitread

Good Job !
Techniquement le Qualifier 2 reçoit tout le savoir faire de la marque, dont la technologie Multitread (multi gommes). Certes le procédé est devenue monnaie courante, car il permet d'allier la longévité sur la bande de roulement centrale et un grip maximal sur les épaules du pneu. Dunlop utilise donc deux types de gommes sur son Q2 avant et arrière, tandis que certains concurrents en utilisent jusqu'à trois. Quelques fois le «mieux» est l'ennemie du «bien», comme le prouve le Dunlop qui s'est montré plus efficace que les autres sur le sec mais également sur le mouillé. Il suffit de pénétrer un ongle sur le bord et le centre du pneu lorsque celui-ci est chaud pour palper la différence de densité des gommes. Le Multitread assure également une montée en température plus rapide. À cela s'ajoute le CTCS (Carcasse Tension Control System) qui permet de faire varier la rigidité des différentes zones du pneu, ceci dans le but d'optimiser la zone de contact avec l'asphalte. En d'autres termes, plus le pneu prend de l'angle et plus il gagne en rigidité et donc en stabilité. Tandis qu'en ligne droite, il conserve une certaine souplesse annulant les effets de louvoiement et de réactivité face aux lignages de la route. Ensuite, de nouvelles particules de carbone ultra-fines sont mélangées aux polymères pour améliorer le grip sur une plus large plage de température. Ce dernier mélange est la clé de l'excellent comportement du Q2 sous la pluie, laquelle tend à freiner la montée en température des gommes.

dunlop qualifier ii kawasaki z1000 dunlop qualifier ii suzuki gsxr1000

Bilan
Globalement le Qualifier II a gagné en efficacité dans tous les domaines par rapport à son prédécesseur. Les tests comparatifs ont également prouvé qu'il était bien souvent meilleur que ses concurrents directs. Dunlop peu donc être fier de son dernier bébé qui sera commercialisé très prochainement à un prix oscillant entre 250 et 260 € le train, soit 5% de moins que le Qualifier de première génération. Pensez-y lorsque vous serez en phase de renouvellement de vos enveloppes.

Dimensions

130/70ZR16
120/60ZR17
120/70ZR17
160/60ZR17
170/60ZR17
180/55ZR17
190/50ZR17
190/55ZR17
200/50ZR17

Commentez avec Facebook