Dunlop Roadsmart II

Réalisé par Jean-Michel Lainé - Photos David Reygondeau, Jacky Lay

4 ans après le lancement du Roadsmart, Dunlop lance sa deuxième génération de Roadsmart avec comme principaux objectifs d'améliorer le confort et la longévité de son pneumatique sport touring qui grignote d'ailleurs petit à petit sur des montes plus sportives. 22 mois de travaux auront été nécessaires pour mettre au point ce nouveau pneu avec près de 150 000 km de tests en condition et plus de 500 000 km en laboratoire. Ce pneu est pour la première fois un produit mondial, c'est-à-dire identique sur tous les marchés du monde. Il est destiné à des machines puissantes, depuis des Sport-Touring, jusqu'aux nouveaux Trails très dynamiques en passant par des roadsters sportifs voire même des sportives principalement utilisées sur la route. On trouve à l'avant et à l'arrière la technologie JLB pour la rigidité du pneu et une meilleure dispersion de la silice grâce à un nouveau mélange pour une usure plus régulière et une meilleure uniformité des performances. L'arrière est un bigomme contrairement à l'avant. Celui-ci évolue le plus dans ses dessins et son rapport pleins/creux. Les changements permettent au Roadsmart II d'apporter de nouvelles performances sur le mouillé. En effet pour un angle de la moto de 0 à 40°, le pneu avant offre une surface de contact quasiment constante avec une variation de 84.3 à 85% pour le rapport plein/creux. A l'arrière la variation est plus importante avec un taux de 93 à 85.5% pour les mêmes angles. La raison de cet écart est que la bande de roulement du pneu arrière n'a presque pas de creux puisque sur le mouillé en ligne droite, c'est le pneu avant qui se charge de déblayer la route de la pellicule d'eau. Le travail du pneu arrière sous la pluie doit par contre se faire sur l'angle, c'est pour cette raison qu'il y a plus de creux de part et d'autre de la bande de roulement.

Ce ne sont pas les seules évolutions puisque le Roadsmart 2 possède un profil différent de son prédécesseur. Moins rond et un peu plus pointu, sans toutefois s'approcher des pneus sportifs qu'il ne remplace de toutes les façons pas, il vise une meilleure réactivité et une maniabilité en hausse sans compromettre la stabilité généralement appréciée et constatée sur ce Dunlop. Le confort amélioré de 10% selon Dunlop représente sa capacité à absorber les gros chocs avec des vibrations verticales et longitudinales moins élevées pour un meilleur amortissement et un meilleur ressenti au guidon. Pour essayer ces nouvelles caractéristiques, deux roulages étaient au programme, un routier de presque 300km sur les routes de Corse et un sur piste pour des exercices spécifiques. Le routier était au guidon (entre autres) de Yamaha FZ8, Triumph Street Triple et Kawasaki Z750 toutes équipées de Roadsmart II. Sur la piste, des Suzuki GSXR 750 sur le sec et des Honda CB 1000 R sur le mouillé (détrempé) avec à chaque fois des Dunlop Roadsmart II, Bridgestone BT-023 et Michelin Pilot Road 3 pour pouvoir apprécier les différences de comportement entre les 3 principales montes présentes sur le marché français.

dunlop roadsmart ii technologie

Sur la route, ce qui se remarque tout de suite est la maniabilité du train avant. Il permet de bien se placer à l'entrée des virages sans effort particulier même sur un virage en épingle où on peut modifier sa trajectoire facilement, pour éviter un cochon par exemple... Il ne faut pas contrarier le cochon Corse au milieu de la route, toute négociation est inutile, il faut juste l'éviter. La réactivité et la stabilité du train avant sont appréciables sur les petites routes de l'île de beauté. Sur les virages plus rapides, il garde une excellente stabilité tout au long de la courbe sans devoir faire la moindre correction à la condition de maintenir son allure bien sûr. La Street Triple est toujours très à son aise dans cet exercice, mais même sur la FZ8 moins sportive et la Z750 toujours un peu pataude face à ces deux rivales, le comportement reste agréable et surtout prévisible. Les exercices sur la piste sont plus révélateurs sur les détails des comportements. Sur le circuit de vitesse (sec), le ressenti sur les GSXR 750 en Roadsmart II et BT-023 sont assez proches avec un petit avantage au Dunlop sur le déclenchement plus fluide surtout à vitesse élevée comme dans le virage à droite au bout de la ligne droite où le Bridgestone demande un effort plus important à une vitesse équivalente. Le Michelin fait un peu plus bouger la machine, la faute aux lamelles sans doute qui ont une moins bonne tenue sur les fortes contraintes. Le ressenti n'est pas uniforme sur ce pneu selon l'angle et la vitesse de passage contrairement à ce qu'offre les deux autres. Sur le circuit arrosé comme par une pluie d'orage, les comportements sont très différents. Le BT-023 décroche de façon irrégulière par de petits à-coups pas agréables du tout. Le Pilot Road 3 avec ses pneus à lamelles tient bien mais la machine semble floue comme si elle flottait légèrement, alors même si on n'a pas la mauvaise sensation du Bridgestone, cela ne met pas particulièrement en confiance. Le Roadsmart s'en tire le mieux parce que même si la machine bouge avec la hauteur d'eau sur la piste, les mouvements sont réguliers sans jamais avoir de sensation de flottement sans doute en raison du rapport plein/creux constant à l'avant quel que soit l'angle.

Pour conclure, il est évident que le Roadsmart II remplace avantageusement le Roadsmart premier du nom qui reste encore un peu au catalogue sans changer de tarif. Difficile de parler du confort amélioré entre les deux générations sans les comparer. Tout ce qu'on peut dire c'est que les quelques passages sur des routes défoncées des montagnes Corse se sont bien négociés avec ces pneus sans réaction brutale. Aucun avis non plus sur la longévité si ce n'est que Dunlop l'annonce en nette hausse, ce qui compenserait avantageusement la hausse des prix de 6 à 7% en moyenne sur un train de pneus. Ce qu'on a constaté et apprécié sur le Roadsmart II, plus que la bonne motricité et la bonne tenue sur les freinages, c'est le mixte réussi de la stabilité et de la maniabilité du train avant désormais plus réactif avec son nouveau profil. La confiance sur la piste détrempée est aussi incontestablement un point fort de ce pneu même si on ne passe pas tout son temps à rouler sous la pluie... C'est rassurant. Au final, ceux qui appréciaient le Dunlop pour sa stabilité et sa progressivité lors de la mise sur l'angle devraient retrouver ses ingrédients, les autres seront sûrement agréablement surpris la maniabilité en nette hausse sur cette seconde génération du Roadsmart. Il est disponible dès maintenant dans 6 dimensions, il arrivera en avril 2012 dans 11 autres notamment pour les gros trails sportifs qu'on a maintenant sur le marché.

Commentez avec Facebook

Photos Dunlop Roadsmart II

Dunlop Roadsmart II : Triumph Street Triple sur route en Corse
Dunlop Roadsmart II : Triumph Street Triple sur route en Corse

Dunlop Roadsmart II : Honda Cb 1000 R sur piste mouillée
Dunlop Roadsmart II : Honda Cb 1000 R sur piste mouillée

Dunlop Roadsmart II : Kawasaki Z750 sur route en Corse
Dunlop Roadsmart II : Kawasaki Z750 sur route en Corse

Dunlop Roadsmart II : la technologie
Dunlop Roadsmart II : la technologie

Dunlop Roadsmart II : Suzuki Gsxr 750 sur piste sèche
Dunlop Roadsmart II : Suzuki Gsxr 750 sur piste sèche